Code déontologie infirmière et infirmière auxiliaire

Votre vote

C’est en 1953 (révisé en 2005) que le code déontologie infirmière international a été ratifié par le Conseil international des infirmières. Les bases de ce code sont définies à partir des quatre responsabilités essentielles qui échoient aux infirmières: la promotion de la santé, la prévention de la maladie, la restauration de la santé et le soulagement de la souffrance. Bien sûr le contenu du code est plus large que ce qui est décrit ici. Mais au delà de son application légale qui en sera faite dans l’ensemble des pays (1976 au Québec et révisé en 2003) c’est un véritable engagement personnel de l’infirmière et de l’infirmier.

Le code déontologie infirmière est une référence pour les infirmières et infirmières auxiliaires tout comme pour le public sur les devoirs et obligations déontologiques. Chacun des ordres professionnels de la santé, Ordre des infirmières et infirmiers du Québec (OIIQ) et Ordre des infirmières et infirmiers auxiliaires du Québec (OIIAQ), ont leur propre code.

Code déontologie infirmière et les notes d’évolution

Code déontologie infirmière

Apprendre à rédiger des notes d’évolution au dossier – vol.1 et 2

Spécial 50.40$

À partir des dernières modifications et ajouts apportés au code déontologie infirmière en 2003 les obligations liées à la tenue du dossier ont été davantage délimitées (Apprendre à rédiger des notes d’évolution au dossier, volume 1, page 35).

«L’infirmière ou l’infirmier ne doit pas , au regard du dossier du client ou de tout rapport, registre ou autre document lié à la profession :

  • les falsifier, notamment en y altérant des notes déjà inscrites ou en y insérant des notes sous une fausse signature;
  • fabriquer de tels dossiers, rapports, registres ou documents;
  • y inscrire de fausses informations;
  • omettre d’y inscrire les informations nécessaires.»

Code déontologie infirmière – conséquences des inscriptions

À partir d’un comportement inacceptable qui aurait consisté en des écritures délibérément faussées, des notes dont le contenu aurait été modifié à son avantage ou des renseignements importants négligés ou omis, le code des infirmières et infirmiers n’a pas été respecté.

C’est pourquoi une approche structurée et méthodique de rédaction de notes d’évolution est des plus importantes, non seulement pour la protection légale de l’infirmière mais aussi et surtout pour le maintien de son intégrité professionnelle. Des avis de radiation du tableau de l’Ordre des infirmières et infirmiers du Québec en témoignent régulièrement.

Ainsi, au-delà de l’obligation légale d’écrire des notes d’évolution, les considérations déontologiques doivent être rigoureusement respectées.

Code déontologie infirmière – donnée objective et donnée subjective

C’est pour cette raison qu’une note d’évolution doit être factuelle, ne rapporter que les faits, sans chercher à les interpréter. L’infirmière ou l’infirmier doit donc rapporter les faits en tout objectivité. Un fait est alors définit comme ce qui arrive naturellement, une action, un évènement, la manière dont celui-ci s’est passé; c’est une chose avérée, la vérité certaine.

Les interprétations, les suppositions et les jugements de valeur sont donc inacceptables.

Le livre Apprendre à rédiger des notes d’évolution au dossier est complètement en phase avec le code déontologie infirmière.

l’Éditeur